Corleone cigars, un Capo dans le maquis

Mais qui est il ?

Omerta, honneur et sang ! Rien ne sortira de ce blog sur les provenances de ce cigare. Tout le monde se tait pour ne pas semer le déshonneur et la vengeance sur sa famille. Sa cape bicolore rappelle que les ruelles de Corleone en Sicile peuvent offrir le meilleur (le Ying) comme le pire (le Yang)… Seul un nom se chuchote sous les paillasses du bar du village où les expressos sont aussi serrés que les liens des familles locales : Alex Elami…

Cette magnifique bague est l'oeuvre d'un artiste français, Thierry Bonne
Cette magnifique bague est l’oeuvre d’un artiste français, Thierry Bonne

Le cigare

Le Capo de Corleone est un cigare de 6 pouces pour un cepo de 64 au plus large de la vitole. Il est vendu en boîtes de 10 pièces. Son prix de Chf 17,50 peut surprendre, mais n’oubliez pas que chaque cigare a son histoire et seul la dégustation vous dira si vous en avez eu pour votre argent. Corleone cigare offre également dans la même gamme 4 autres modules que je vous laisse découvrir ici.

Le review

J’ai coupé la tête afin d’avoir une ouverture moyenne, l’objectif étant de concentrer les arômes sur la fin de la dégustation. A cru il y avait des arômes qui me rappelaient l’étable, l’animal et la pâtisserie.   Tirage parfait, rien à redire, si ce nest que le voyage donne envie !

A l’allumage, le cigare offre un beau volume de fumée, des arômes de noix, de foin et de pâtisserie animent le début de cette dégustation…

La fumée se fait de plus en plus crémeuse et les arômes savamment dosés restent aimables et gourmands… C’est un plaisir… Des notes empyreumatiques subtiles se font sentir en retro olfaction.

Le café et le chocolat noir s’invitent dans la danse au milieu de la dégustation et offrent un tourbillon de saveurs plus corsées qui me rappellent certains réveils quand les nuits ne voulaient pas se terminer… Ca n’est pas pour me déplaire car toute cette douceur méritait un peu plus de nervosité.

Une fois atteint son rythme de croisière, cette belle pièce montre son caractère et impose son leadership (normal pour un Capo). Une consistence plus marquée des arômes de cuir et de fèves torréfiées développent ancore la palette de ce cigare.

Dernier tiers de ce cigare, c’était l’heure du dégazage… Après cet exercice, des notes de cuir, de noix et de caramel salé se développent et offre encore plus de richesse à ce moment de pur plaisir. Celle-ci ont accompagné ma dégustation jusqu’à la fin.

J’ai laissé ce cigare s’éteindre doucement dans le cendrier, il a laissé échapper, comme dans un dernier souffle, une dernière volute dans les aires… et comme un Capo, dicté ses dernières volontés… J’ai aimé passer ce moment avec lui. Il fut agréable, présent et pas envahissant.

Au final, une dégustation très surprenante et un cigare à découvrir . Je le conseil avec un cocktail (Old Fashioned Bourbon). C’est un cigare Medium en puissance, ce qui le rend accessible à tous les fumeurs. Les arômes subtiles vont enchanter les amateurs confirmés.

Mes notes

Tirage : 5/5

Combustion : 3/5 (petit rectificatif)

Arômes : 4/5

Prix/Plaisir : 4/5

Puissance : 3/5

#IGTV The Cigar Traveller

Un accessoire indispensable pour les aficionados qui voyagent souvent en avion !

A découvrir et à adopter d’urgence !

Le Brujito : un sorcier dans la brume

Mais qui est il ?

Après avoir fournit en tabac de nombreuses marques réputées de l’industrie du cigare, Alejandro Alfambra s’est décidé à créer son propre cigare et lui donner un nom plus qu’évocateur de la relation intime que la fumée entretien avec le monde des esprits : El Brujito (le petit sorcier en espagnol)

Le cigare

Les cigares El Brujito se trouvent en civette en deux formats, un robusto de 5 pouces 1/8 pour un cepo de 52 en boîtes de 25 pièces ainsi qu’un Gordo de 6 pouces 1/4 pour un cepo de 60 en boîte de 25 pièces également. Le prix du Robusto est de CHF 7.- et quant au Gordo et ses formes généreuses, il ne dépasse pas la barre des CHF 10.- car sont prix est de CHF 9.-

Celui que je détail dans le review est le Robusto

Cape : Equateur
Sous cape : Nicarague
Tripe : Nicaragua
Taille : 5 pouces 1/4
Cepo : 52
Tabacalera : Alejandro Alfambra Esteli

Le review

Le cigare est dans sa boîte de cèdre légèrement laquée. Protégé par une simple feuille de soie, il présente bien et semble déjà faire preuve de caractère. Une cape colorado lisse et grasse aux veines légèrement apparentes, habille cet inconnu qui ne demande qu’à faire ses preuves… Alors vas-y mon ami et surtout ne soit pas avare en arômes…

Je le coupe à l’emporte pièces. La rondelle de la tête à peine retirée, je teste le tirage de ce module qui a fière allure. Il est bon, peu de retenue, mais pas un tirage trop ouvert (facile) non plus. A cru, des notes de café moulu et de humus se font présentes. J’aime et je laisse ces saveurs envahir mon palais…

Je retire la bague du pieds (oui il a deux bagues cet insolent !) et appose la flamme de mon briquet torche à deux centimètres de celui-ci. Sous la chaleur le tabac noirci, crépite légèrement et devient incandescent… La danse peut commencer, je le tourne pour que la combustion du pied soit uniforme.

Je le met enfin en bouche et tire mes première bouffées… Ample, cette fumée est blanche et opaque. Le voyage démarre avec des saveurs minérales et végétales qui sont bien présentes mais pas agressives. Déjà on sent une maîtrise de la puissance qui elle est bien dosées. Il n’y a pas de notes de poivre noir (piquant) qui caractérise parfois les cigares nicaraguayen. Le démarrage est vraiment agréable et facile

Après une dizaines de minutes, le café torréfié et le chocolat noir sont enfin dans la danse. Le humus, la terre et des notes fongiques font leur apparition également et offrent une variété de sensation lors de la dégustation. Le minéral et le végétal présents au début se sont envolés avec les première bouffées. En fermant les yeux, je me sens transporté dans les vallées verdoyantes du Nicaragua, terre qui témoigne de tant d’histoire et renferme tant de richesses.

La combustion est parfaite, régulière. Un cigare bien construit qui ne s’éteint pas de manière impromptue. On sent la maestria des torcedores qui ont roulé ces cigares.

Les notes de ce cigare évoluent peu, mais ça n’est pas pour me déplaire. La terre et le grain de café torréfié restent toujours présent. Alors que les notes plus gourmandes se sont éteintes avec l’attaque de la phase finale. Je tiens bon et ne veut pas lâcher ce cigare qui, par sorcellerie c’est sûr, a su m’envoûter.

Au final, une dégustation de très belle facture et un cigare à découvrir rapidement. Je le conseil avec un café (long ou serré) ou une IPA. Personnellement je ne le mettrai pas en confrontation avec un rhum ou un autre alcool fort. La raison est que les notes sont subtiles et le El Brujito Robusto n’est pas un cigare Full (puissant), mais plutôt Medium (moyen).

Mes notes

Tirage : 5/5

Combustion : 4/5

Arômes : 4/5

Prix/Plaisir : 5/5

LFD Ligero, parce que les bonnes choses doivent être connues

Lito Gomez, le maître à bord de ce navire qu’est La Flor Dominicana a grassement mis sa patte sur ce cigare cossu et bien présent.

Une cape équatorienne Habanos colorado habille une sous-cape et une tripe toutes deux dominicaines.

LFD Ligero Toro

Le module en photo est un toro de 6pouces pour un cepo de 54. LFD a roulé plusieurs modules avec ce tabac et je ne peux que vous engager à goûter le lancero (pour autant que vous le trouviez).

Une belle puissance confère une étiquette de medium to full pour la puissance alors que les notes végétales et de fèves torreffiées apportent de la douceur et du volume. Une belle balance pour une dégustation de rêve.

A goûter, Stay Smoky

Bien allumer son cigare

Bien allumer son cigare c’est s’assurer une dégustation idéale ! J’ai très souvent entendu beaucoup de théories sur la manière d’allumer son cigare. Et bien que je sois partisan du « plaisir comme on le désire » allumer son cigare correctement nécessite un processus très particulier.

Voici un bel article qui va vous aider à comprendre quels sont les gestes justes et ne manquez pas la petite vidéo au bas de l’article. Nick Perdomo himself partage avec vous l’art d’allumer un cigare.

Belle lecture ICI and stay smoky !